Diagonales Conseil

John Billard, Secrétaire Général et Vice-Président en charge du numérique de l’AMRF

John Billard,

Secrétaire Générale et Vice-Président en charge du numérique de l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF)

 

Partagez l’enthousiasme de John Billard au sujet du potentiel d’attractivité des territoires ruraux grâce à l’aménagement numérique notamment !

L'intégralité de l'interview

  1. Vous êtes Secrétaire Général et Vice-Président en charge du numérique pour l’Association des Maires ruraux en France. (AMRF). Quelles sont vos principales missions ?

 

Mes missions consistent à avoir une vision d’aménagement numérique de nos territoires ruraux, afin que quel que soit l’endroit où vivent ou se déplacent nos concitoyens, ils puissent accéder aux usages numériques.

J’ai par ailleurs en charge le déploiement de notre plateforme internet Campagnol.fr, qui permet aux communes de disposer d’un site internet communal facile à mettre en œuvre tout en répondant aux règles administratives en vigueur. Aujourd’hui, environ 1200 communes l’utilisent à ce jour.

Par ailleurs, je suis en veille sur les nouveaux usages numériques susceptibles de rendre un service aux habitants des territoires ruraux tels que la télémédecine, la gestion de la relation citoyenne (GRC), la communication digitale, le télétravail, etc…

  1. Quelles sont, selon vous, les spécificités des territoires ruraux ?

Les spécificités ont tendance à s’effacer avec l’essor du numérique notamment.

Le contexte sanitaire depuis plus d’un an confirme l’envie des citoyens de se ressourcer, de se rapprocher de la nature, sans pour autant être coupés des modalités pratiques.

Nos territoires ruraux offrent aujourd’hui un cadre de vie qui répond à cette double attente exprimée des concitoyens.

Le vrai bénéfice est selon moi l’aménité environnementale qui est dans l’ADN de nos territoires ruraux : une vraie proximité avec la nature, l’air, l’environnement tout en offrant accès aujourd’hui à l’ensemble des services en termes de travail, de média, de culture…. Et ce sans avoir les inconvénients de la vie urbaine !

A mon sens, le principal enjeu se situe autour de la mobilité qui reste encore à développer pour rapprocher les services des habitants. La ruralité nécessite de penser à une autre organisation des transports, mais les solutions se développement, que ce soit le co-voiturage ou encore la logique du « aller vers » qui rapproche les services des citoyens (Bus France Services, télécabine médicale etc)

En résumé, peu de contraintes au regard des avantages.

 

  1. Quelles principales actions engagez-vous pour faire face aux enjeux territoriaux ?

Le principal objectif est de veiller à ce que les concitoyens soient couverts en fibre et mobile. A ce jour, l’ARCEP estime à 22 500 communes rurales soit 18% de la population et 63% du territoire qui sont considérées comme en zones peu denses (souvent confondues avec les zones blanches). Ces zones peu denses ont des obligations de couverture spécifiques dans ces zones qui constituent une zone de déploiement prioritaire. Le déploiement est donc en marche !

Il existe, par ailleurs, encore des zones blanches c’est-à-dire sans couverture mobile. Or, en 2021, accéder à Internet est incontestablement une des conditions d’attractivité pour la population.

 En parallèle à ces déploiements, un des enjeux majeurs est de limiter la fracture numérique (qui touche également les jeunes) pour ne pas isoler davantage. Cet objectif est d’autant plus vrai que l’État Français a pris la décision de dématérialiser l’ensemble des services publics. D’où l’attention portée sur l’inclusion numérique des personnes éloignées et nécessitant d’être accompagnées pour utiliser les outils ou applications digitales.

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@diagonales-conseil.fr