Diagonales Conseil

Karine Aldebert, DGA service solidarités humaines au Conseil départemental de l’Aude

Karine Aldebert,

Directrice Générale Adjointe des Solidarités du Conseil départemental de l’Aude

Partagez les missions du Service de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil départemental de l’Aude face aux enjeux de la Covid-19

L'intégralité de l'interview

1.     Quelles sont les principales missions Protection maternelle et infantile (PMI) portées par le Conseil départemental de l’Aude ?

La Politique Enfance et famille est au cœur de nos politiques publiques départementales. Plus qu’une priorité, elle promeut dans l’Aude une action sociale de proximité avec la volonté et le souci permanent d’œuvrer et d’agir, toujours, dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Les Départements se sont vus confier cette mission de protection maternelle et infantile dans le cadre des lois de décentralisation en 1982 et force est de constater que le Département de l’Aude s’est toujours attaché à l’honorer depuis, voire même à aller au-delà comme en témoigne sa politique volontariste dans le domaine via son réseau maillant le territoire avec Maisons Départementales des Solidarités, Permanences PMI et CPEF ainsi que  le bus PMI .

Au sein du Département de l’Aude, les politiques de l’enfance et de la famille sont confiées  à la  direction Enfance-Famille. Le service de Prévention santé (PMI) a pour mission d’assurer la protection sanitaire de la mère et de l’enfant. Il organise à ce titre des consultations et des actions de prévention médico-sociales pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans. Il instruit par ailleurs les demandes d’agrément des assistants maternels, met en place des actions de formation et contrôle les établissements et services d’accueil des enfants de moins de 6 ans ainsi que les assistantes maternelles. Ce service Central travaille en collaboration étroite sur les territoires avec les unités PMI des Maisons Départementales des Solidarités.

De nouveaux changements sont à attendre au regard des orientations nationales dont certaines sont déjà inscrites dans la Stratégie Nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Des enjeux majeurs vont se jouer sur l’accueil de la petite enfance, l’évolution des missions des services de PMI et l’accompagnement des jeunes qu’ils soient ou non issus de la protection de l’enfance. Il faudra poursuivre la transformation de l’offre et la recherche des réponses adaptées avec la plus grande attention.

2.     Quels sont, selon vous, les grands enjeux de la PMI sur le département ?

Le Département de l’Aude, en tant que chef de file de l’action sociale en charge des politiques liées à l’enfance et à la famille, s’est toujours investi dans le domaine de la petite enfance et le soutien à la parentalité. La mise en cohérence de l’ensemble des dispositifs et des acteurs à travers un seul schéma, permet de s’adresser à tous les parents quelle que soit la « porte d’entrée » : crèches, accueil de loisirs sans hébergement, école, associations etc… L’objectif premier du service public départemental étant d’être au plus près des besoins des personnes accompagnées, le schéma des Solidarités adopté récemment le 18 décembre dernier a pour ambition d’accompagner au quotidien les parents dans l’éducation de leurs enfants et, si cela est nécessaire, de les aider à faire face aux difficultés qu’ils pourraient rencontrer.

Pour y parvenir, la stratégie départementale des solidarités entend faire évoluer et élargir les dispositifs d’accueil, amplifier les actions de prévention, favoriser par ailleurs les démarches transversales et les actions qui renforcent la connaissance mutuelle et le partage des bonnes pratiques, en vue d’apporter une réponse adaptée à chaque situation.

Plus spécifiquement, en ce qui concerne le Département, c’est essentiellement au titre des missions de protection maternelle et infantile (PMI) qu’il aura à veiller ou à agir entre autre pour :

•  Assurer un meilleur maillage territorial de l’offre d’accueil en direction des enfants et des jeunes ;

 •  Agir pour les métiers de l’enfance et de la jeunesse, afin de mieux former les professionnels des accueils de loisirs sans hébergement (ALSH), des crèches, les assistantes maternelles mais aussi pour favoriser le développement du Relais d’Assistants Maternels (RAM) sur un plus grand nombre de communauté de communes.

 • Soutenir les familles face au handicap de leur enfant avec comme objectif important, de faciliter sur le territoire, l’accès aux modes d’accueil de droit commun.

• Développer la coopération avec l’ensemble des partenaires afin que ces actions et ces innovations puissent être déployées et se concrétiser.

 

3.     Qu’est-ce que la crise Covid met en exergue dans ces enjeux ?

La crise liée à la pandémie de Covid-19 a exigé du service public départemental de  PMI une adaptation exceptionnelle, pour leurs usagers comme pour les professionnels de PMI dont je salue la grande implication. Dès mars 2020, l’application des principes de distanciation sociale et de confinement ont demandé à adapter rapidement  l’organisation du service de PMI. Face à cette crise sanitaire et sociale, le Département de l’Aude  a choisi de maintenir l’accueil en PMI, en proposant des ajustements aux lieux (nombre de centres ouverts limité, entrées protégées, salle adaptée…) et organisationnels (rencontres sur rendez-vous), développer l’appui et le soutien des structures de garde (EAJE, assistants maternels..), effectuer la transmission de  l’information sanitaire.

 La PMI restant le service de référence pour les actions de planification et éducation, la santé de la mère et des enfants jusqu’à 6 ans, des adaptations à l’activité habituelle ont été réalisées de manière à assurer les services indispensables des PMI : vaccination, suivi médical aux enfants, activités de prévention prénatale …mais aussi les services d’accompagnement périnataux de manière à lutter contre les effets collatéraux de l’isolement social en temps de confinement.

 

Cette crise a mis en exergue les enjeux suivants :

ü  Le développement des capacités d’innovations et d’allers vers de par son rôle primordial et central de service public en petite enfance.

ü  La nécessité de renforcer la prévention précoce, comme le rôle central de la PMI en la matière, notamment périnatale, en visant à garantir un environnement favorable au bon développement de l’enfant comme levier d’amélioration de la situation sanitaire et, contribuant plus largement, au bien-être de l’enfant et de l’adulte, implique de s’adresser à tous, tout en maintenant une attention particulière pour les plus fragiles.

ü  L’adaptabilité aux besoins des familles : cet ajustement va se déployer, notamment au domicile, aussi bien pour intervenir en sortie de maternité, pour suivre un enfant, suivre une grossesse en alternance avec un suivi obstétrical, que pour un soutien éducatif auprès d’une famille démunie avec des jeunes enfants.

ü  La nécessité renforcée du travail en équipe pluridisciplinaire ainsi qu’avec les partenaires (centres hospitaliers, Education nationale, CPAM, ARS..), qui se manifeste dans les consultations prénatales ou de planification (sages-femmes, conseillères conjugales et médecins), dans les consultations de pédiatrie préventive (puéricultrice, médecin et le plus souvent un psychologue ou un éducateur jeune enfant).

ü  le développement de l’expertise et du réseau : la PMI intervient dans les écoles, les crèches, auprès des assistants maternels, autant d’occasion de rencontrer les familles, les futurs parents et les professionnels du champ de l’enfance.

ü  La conduite de  la réflexion sur les cœurs de métiers, la priorisation des interventions et la capacité à organiser des délégations de tâches, pour ne pas abandonner des pans entiers de missions, mais à les organiser différemment. Il faut développer l’accueil de stagiaires médicaux et paramédicaux, le partage de formations médicales avec les professionnels libéraux ou hospitaliers pour cultiver le réseau et le partage de compétences. L’attractivité des fonctions, des médecins notamment, est une priorité vu les grandes difficultés de recrutement.

ü  la participation indispensable de la PMI aux communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), se mettant en place progressivement dans le cadre d’une organisation territoriale de proximité sur le département. Cela répond aux finalités du cpts dans le cadre des services à rendre à la population comme la protection de la santé publique, la facilitation des parcours, la protection grâce à des démarches collectives (vaccination, prévention, nutrition, lutte contre les addictions…).

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.