Diagonales Conseil

Denis Ramet

Denis Ramet, Directeur Général MSA Grand Sud

Découvrez la MSA Grand Sud et l’ambition « MSA by MSA Grand Sud » portée, avec en avant-première, l’identité visuelle dévoilée !

L’intégralité de l’interview

  1. Pouvez-vous nous présenter la MSA Grand Sud dont vous êtes Directeur Général ?

Je pense tout d’abord nécessaire de resituer la Mutualité Sociale Agricole, son rôle et son importance dans le système de la protection sociale en France.

La MSA est un organisme de droit privé, chargé d’une mission de service public ; composée d’une Caisse centrale et 35 caisses départementales ou pluri-départementales, elle couvre l’ensemble du territoire. Elle assure la protection des populations agricoles (salariés et non-salariés) mais aussi d’activités annexes ou connexes, ce qui lui confère un large périmètre d’action.

Forte de près de 330 salariés, la MSA Grand Sud, en sa qualité d’employeur, est démocratiquement représentée également sur ses deux départements (Aude et Pyrénées Orientales) par 287 délégués élus par les adhérents salariés, non-salariés et les employeurs, animés par un Conseil d’administration.

L’ensemble de ses équipes œuvre tout au long de l’année au bénéfice de 120 000 adhérents, en assurant le recouvrement des cotisations[i] de Sécurité Sociale[ii] qui permettent le versement des diverses prestations.

La palette des périmètres couverts est très large : assurance maladie, famille, vieillesse, accidents du travail, action sanitaire et sociale, contrôle médial, santé sécurité au travail, prévention des risques professionnels, … avec des outils spécifiques tels que le guichet unique ou le rendez-vous prestations[iii].

Nous sommes donc un acteur incontournable de la solidarité.

Dans le cadre de notre mission relevant du champ de la Sécurité Sociale, nous assurons, grâce au guichet unique qui permet un suivi global et personnalisé de chaque ressortissant, le versement de toutes les prestations qui protègent l’ensemble des populations contre la réalisation des risques sociaux.

Notre particularité est notre capacité à détecter et déployer des actions dans le prolongement de notre mission originelle, toujours dans le souci d’améliorer la protection sociale des assurés : la MSA dispose d’un champ d’action élargi, avec une offre de service large sur les territoires (inclusion numérique avec MSA Services Grand Sud, insertion par l’emploi via un GEIQ en projet, maintien à domicile avec Présence Verte Grand Sud, valorisation de l’emploi agricole via les Groupements d’Employeurs GEM 11 et AGRI 11) ou encore d’une capacité à assurer de la gestion pour des tiers (assurance complémentaire, recouvrement complémentaire en fonds de formation ou retraite, …).

  1. Présentez-nous votre projet « M.S.A. by MSA GRAND SUD !

Plus qu’un projet d’entreprise ou qu’un simple plan d’action, M.S.A. by MSA Grand Sud a pour ambition de développer une empreinte, assise sur 3 piliers, le Moderne, le Sociétal et l’Action, en profitant du fort ancrage territorial de la MSA Grand Sud et de ses élus, de notre bonne connaissance des besoins de nos populations, des enjeux de la ruralité et de la vie sur les territoires.

Cette empreinte devra permettre de rapidement dépasser le stade de la seule réflexion pour se concrétiser sous forme d’actions, bien entendu à la suite de la phase nécessaire d’ingénierie menée par les équipes de la MSA en lien avec les responsables politiques et les partenaires soucieux de nous rejoindre dans cette démarche innovante, partagée et valorisante au bénéfice des populations.

L’empreinte M.S.A. by MSA GRAND SUD comprend au titre de son ambition locale une triple dimension :

  • interne avec ses salariés par ailleurs citoyens,
  • externe au titre de sa composante politique,
  • partenariale pour les partenaires et entreprises qui veulent voir naître une convergence moderne, sociétale et active à destination des ressortissants agricoles et ruraux : l’environnement, la réduction de l’empreinte carbone, les achats raisonnés, l’emploi, l’insertion par l’activité économique, la prévention santé, le bien manger et la lutte contre l’obésité, etc.

Autant de sujets où l’ensemble des acteurs est attendu pour enrichir débats, réflexions et surtout actions concrètes !

Cette empreinte est la bannière, le signe de ralliement par lequel la MSA Grand Sud veut mobiliser les énergies et rassembler les sujets contextuels du régime agricole pour déployer des solutions conformes aux ambitions nationales de la MSA.

Elle intégrera son plan stratégique (MSA 2025[iv]), ses propositions aux Pouvoirs publics (Livre Blanc sur la cohésion des territoires[v]), ses adaptations aux recommandations des autorités de tutelle (rapport de la Cour des Comptes[vi]), le tout enserré dans une Convention d’Objectifs et de Gestion[vii] portant les engagements réciproques de l’État et du Régime Agricole pour une meilleure protection sociale.

Elle sera prochainement dotée d’une identité visuelle permettant d’identifier clairement l’engagement de la MSA Grand Sud, et de faire connaître ses ambitions sur l’ensemble de ses réseaux sociaux qui seront prochainement activés, lui donnant ainsi une meilleure visibilité et démontrant son envergure.

Un mode « incubation » au sens mobilisateur des énergies positives sera le moteur de l’empreinte pour animer la remontée des besoins, en assurer l’analyse pour proposer aux décideurs, Conseil d’Administration et/ou Direction Générale, la faisabilité, la solvabilisation et la mise en déploiement d’une action.

L’incubateur offrira notamment aux salariés une liberté de réflexion et d’actions, pour devenir acteurs de la transformation de leur entreprise. Véritable outil de cohésion, il permettra de réfléchir, de penser et de convertir ensemble des idées innovantes en actions concrètes. 

Bien plus qu’un simple mode projet, cette dynamique interne sera une opportunité afin de recueillir, valoriser et actionner des projets d’intérêt collectif.

  1. Quels sont les résultats concrets visés dans les prochaines années ?

L’empreinte doit permettre aux acteurs de terrain (délégués cantonaux, partenaires) de participer pleinement à identifier et solutionner les problématiques des territoires ruraux pour construire une meilleure protection contre les risques sociaux inhérents à toute vie en société, et à innover en matière d’accompagnement d’une vie sur les territoires. Nos élus devront être force de proposition et d’action.

Dans sa dimension interne, elle doit permettre d’ouvrir l’entreprise sur nombre de sujets afin d’allier modernité et responsabilité sociétale pour une meilleure adéquation aux besoins des salariés : télétravail, qualité de vie au travail, rapprochement sur les territoires de vie, …, le tout pour, in fine, un meilleur service rendu aux adhérents.

Exemples d’attendus :

Baisse des émissions carbone de la MSA, mesure de la qualité de vie au travail (QVT) dans le baromètre social institutionnel, rapprochement des lieux de travail et des lieux de vie.

Sa dimension externe doit donner la parole au terrain, aux territoires, aux enjeux sociaux des populations vivant de et par l’agriculture.

Les innovations attendues ne sont pas nécessairement des créations, mais bien, si cela est possible, des déploiements d’actions issues du bon sens, de la simplicité, souhaitées par nos publics au regard de la nature de leurs besoins.

Exemples d’attendus :

Actions en faveur de l’installation de nouveaux exploitants (participer à l’évitement des friches, etc.), ingénierie et actions dans le cadre de diverses problématiques telles que l’offre de soins sur les territoires, le développement de MARPA (petites unités de vie pour personnes âgées autonomes), l’emploi agricole, etc.

La dimension partenariale ouvre un large champ aux interactions. Je pense à de nombreux acteurs qui partagent notre vision et notre souci des territoires ruraux.

Nous pouvons rapidement imaginer des partages d’ingénierie, des mises à disposition de ressources, mais aussi des financements sociétaux de la part d’institutionnels du monde agricole ou non, qui souhaitent développer leur RSE (responsabilité sociétale des entreprises) au profit du monde agricole et rural, mais qui manquent de savoir-faire dans ce domaine particulier, et qui se tournent alors naturellement vers la MSA Grand Sud, reconnue pour son efficacité et son ingéniosité en la matière.

Exemples. d’attendus :

Mise en œuvre d’une ingénierie de développement des projets alimentaires départementaux du producteur au consommateur, de la terre à l’assiette.

Inscrire l’empreinte M.S.A. by MSA GRAND SUD dans le champ de l’Économie Sociale et Solidaire pour mobiliser des entreprises de l’Économie Sociale Solidaire, etc.

En conclusion, la MSA Grand Sud s’engage dans une stratégie d’ancrage sur et dans ses territoires, la proximité étant un gage de Modernité de gestion des services attendus par ses adhérents, une véritable convergence Sociétale au regard des valeurs du monde agricole et un amplificateur de l’Action nécessaire à son rayonnement territorial positif.

À travers une stratégie de communication digitale, la MSA Grand Sud instaurera un rendez-vous hebdomadaire sur les réseaux sociaux. Cette vitrine sera un atout indispensable pour valoriser les actions et les acteurs associés à ce dispositif inédit. Une communication efficace pourrait influer sur l’engagement de chacun et créer une mobilisation à tous les niveaux.

Pour participer ou suivre l’évolution de ce projet ambitieux, abonnez-vous à la page « MSA Grand Sud » à partir du 26 novembre sur :

  • LinkedIn,
  • Twitter,
  • Facebook

https://twitter.com/MsaGrandSud

https://www.linkedin.com/company/msa-grand-sud

https://www.facebook.com/MSA-Grand-Sud-103494561604282

Afin d’atteindre ces objectifs d’intérêt commun, nous vous invitons à vous abonner à ces pages. Notre réussite dépend également de vous, soutenez-nous et participons tous à bâtir ensemble ce projet de demain.

En avant-première, l’identité visuelle de M.S.A. by MSA GRAND SUD 

[i]      1 euro de cotisations reçu pour 2,33 euros de prestations versés (2018).

[ii]     523 millions de prestations / 223 millions de cotisations (chiffres 2018) – 14,0 millions               d’euros d’aides financières extralégales et 6,6 millions de prises en charge partielle de             cotisations sur le mandat 2015/2020.

[iii]    Dispositif d’accompagnement individuel mené par un conseiller MSA pour vérifier la plénitude des droits (couverture santé, prestations familiales, aides au logement, RSA,  prime d’activité, …), la MSA peut repérer les personnes en difficulté et faciliter les démarches d’attribution des prestations sociales qu’elle gère.

[iv]     Par son plan stratégique « MSA  2025 », la MSA veut garantir un service de qualité et l’accès à la protection sociale sur tous les territoires ruraux en accompagnant les mutations, notamment numériques. Proximité, performance, engagement en sont les mots forts. Il a été validé par l’Assemblée générale 2019 de la CCMSA.

[v]      Fruit de plusieurs mois de travaux et de concertations avec des usagers et des élus locaux sur l’ensemble du territoire, le Livre Blanc de la MSA fait remonter les attentes et préoccupations du monde rural. La MSA avance 20 propositions articulées autour de 4 axes pour répondre aux enjeux de la protection sociale de demain (ruralité, dépendance, offre de soins, garantir un accompagnement personnalisé des retraités).

[vi]     Devant la baisse conjoncturelle des charges d’activité de la MSA, écartant  le développement d’activités extérieures au régime agricole de Sécurité Sociale de type concurrentiel, la Cour estime, dans le cadre de la négociation de la nouvelle COG (ci-dessous), que les objectifs des activités existantes doivent  être précisés et leur cadre juridique sécurisé, et de donner la priorité à l’amélioration de la qualité et de l’efficience de la gestion du régime agricole de Sécurité Sociale. Elle recommande de rationaliser l’organisation des activités de la MSA, de rapprocher sa gouvernance de celle des autres régimes de Sécurité Sociale et d’effectuer les rapprochements opérationnels nécessaires avec les branches du régime général de Sécurité Sociale, qui concentrent une part croissante de la protection sociale à la suite de réformes récentes. Cet enjeu concerne au premier chef les systèmes d’information utilisés pour verser les prestations et recouvrer les prélèvements sociaux. La Cour formule ainsi 12 recommandations. En réponse,  la MSA oppose au rapport des sages, qu’elle contribue  au « projet stratégique agricole français », que la MSA est portée « par des élus responsables » et qu’elle prend soin de ceux dont dépend « l’autosuffisance alimentaire du pays » (https://www.ccomptes.fr/fr/publications/la-mutualite-sociale-agricole-msa).

[vii]    En cours de négociation pour la période 2021/2025.

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@diagonales-conseil.fr