Diagonales Conseil

Youri Tabet

Membre du Think Tank « Policy Shift »

Youri Tabet, membre du Think Tank « Policy Shift », nous présente ce Think Tank, et revient sur les différentes réponses sociales apportées au niveau monde face au Covid-19.

 

L’intégralité de l’interview

1. Vous êtes membre du Think Tank « Policy Shift », pouvez-vous nous le présenter ?
« Policy Shift se consacre à l’identification et à l’analyse des politiques publiques à impact social et environnemental. Policy Shift a été créé avec l’idée de croiser les regards de professionnels de différents domaines et secteurs d’activité, et issus de différentes régions du monde. Cette initiative est née il y a quelques années en partenariat avec l’Observatoire de l’Amérique latine de Sciences Po. Nous traitons de politiques publiques de très grande ampleur comme d’initiatives bien plus frugales : ce qui nous intéresse est leur impact social et environnemental. Notre objectif et de mieux faire connaître les politiques publiques à impact qui nous semblent pertinentes, et de les comparer avec une approche internationale qui fait notre particularité. »

 

2. Quelle est votre analyse des différentes réponses sociales face au COVID-19 proposées par les pays au niveau mondial ?
« Face à la crise du covid-19, l’intervention des Etats en matière sociale s’est imposée comme une évidence, alors que l’on estime que 81% des travailleurs dans le monde vivent dans un pays où la fermeture des lieux de travail est obligatoire ou recommandée. L’intensité des réponses varie néanmoins selon les préférences collectives et les moyens des différents Etats. Ces interventions publiques se focalisent en matière sociale sur le maintien du pouvoir d’achat, mais prennent des formes variées. Globalement, les pays les plus développés optent ainsi davantage pour la sauvegarde de l’emploi, complétée par des mesures de soutien aux indépendants ; tandis que les pays les moins avancés, lorsqu’ils le peuvent financièrement, mettent davantage en place des politiques de solidarité. Il s’agit notamment pour ces derniers de faire face à la problématique de l’emploi informel très important. »

 

3. Celles apportées par la France en particulier ?
« Les réponses à apporter varient par définition selon les publics : le chômage partiel pour les salariés ; des aides ciblées pour les indépendants ; ou encore, un aménagement des règles de l’assurance chômage pour les personnes hors de l’emploi.
Nous avons souhaité mettre en relief deux faits importants. D’abord, la mobilisation inédite du chômage partiel en France, avec 12 millions de salariés concernés par des demandes. Cela est énorme quand on sait que ce dispositif avait eu très peu de succès lors de la crise de 2009 par exemple. Ensuite, le fait que la dualisation du marché du travail est largement visible dans cette crise. On constate ces dernières années voire décennies un très fort développement des emplois dits « atypiques », des contrats courts, ou encore du statut d’indépendant pour des métiers traditionnellement salariés. Or, ces personnes sont parmi celles qui souffrent le plus de la crise : ce sont elles qui se retrouvent plus rapidement sans activité ni revenu. De plus, d’un point de vue tout à fait opérationnel, nos politiques publiques traditionnelles sont moins adaptées pour leur venir en aide en cette période de crise. »

 

4. Selon vous, quelles sont les principales conséquences que les états tireront de cette crise sanitaire majeure ?
« Cela est très difficile à dire. La crise a essentiellement mis en relief des problématiques qui existaient déjà. La question des travailleurs dits « atypiques » en est une illustration en matière de politique de l’emploi. Mais il nous semble que rien n’est automatique : le retour au « monde d’avant », avec ses limites, est tout à fait possible, même s’il n’est pas souhaitable. C’est pourquoi, à notre échelle, nous avons engagé un travail pour cartographier et mieux faire connaître les réponses à la crise qui nous semblent souhaitables au sens où elles contribuent aux objectifs de développement durable de l’ONU. »

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com