Diagonales Conseil

Brice Voirin

Élu à la Ville de Plaisir

Brice Voirin, élu à la Ville de Plaisir dans les Yvelines (78), témoigne de son retour d’expérience et des moments forts vécus lors de la crise du Covid-19.

 

L’intégralité de l’interview

1. En tant que conseiller municipal, quel est votre rôle dans la situation de crise que nous vivons avec le COVID 19 ?


« Mon rôle d’élu minoritaire se cantonne à faire des propositions de réflexions et d’actions auprès de la municipalité. Elu sortant et sur une liste municipale, ensemble nous poursuivons notre engagement local au titre de la solidarité et de l’entraide, et menons différentes actions au service des habitants, des familles et des personnes fragiles : cuisine et dons de repas à l’hôtel social, confection et dons de masques et attache-masques aux soignants et aux familles, écoute active et accueil téléphonique des personnes en difficulté et des personnes handicapées en particulier. La période est vraiment étrange car nous sommes malgré tout, toujours en campagne électorale. »

 

2. Qu’est-ce qui vous a le plus marqué, au plan national et au plan local dans cette crise ?

« Ce qui m’a le plus marqué pendant cette crise c’est la non prise en compte du gouvernement de la crise. L’Etat en état de sidération devant la situation. Ne voulant pas y croire jusqu’au moment ou il fait volte-face. L’adaptation de la population aux mesures de confinements qui ont été dans l’ensemble bien respecté. Au niveau local nous étions déjà en déficit de médecine de ville. La gestion de la crise sidérante pour tout le monde a été compliquée à gérer. Personne n’était prêt à cela. Un fait marquant pour moi il a beaucoup été question de l’hôpital, trop peu de la médecine de ville qui a été en toute première ligne et a payé un lourd tribut notamment dans le Grand-Est. Plus localement les médecins généralistes ont dû faire face à un afflux de patients covid, sans pouvoir s’appuyer sur les autorités locales. »


3. Quels enseignements en tirez-vous pour l’approche future des questions de santé sur le territoire ?


« J’en étais déjà convaincu, je le suis d’autant plus. Il est nécessaire que la sphère publique s’occupe de santé publique. Accompagner les médecins notamment généralistes. Développer un plan de gestion des risques en incluant le risque pandémique. Il faudra tirer les leçons de ce que nous avons vécus collectivement. Décentraliser la gestion de la crise sanitaire. Développer les nouveaux moyens de consultation, je pense notamment à la téléconsultation. De mon point de vue nous n’en sommes qu’au balbutiement, il faut regarder ce qui se fait de bien ailleurs. Il nous faut travailler de concert avec la médecine de ville, l’ARS et l’hôpital de la ville. Il nous faut apporter une réponse à cette crise en n’oubliant pas que nous sommes au 21ème siècle. La santé devient une cause nationale, il nous faut absolument accompagner la médecine de ville dans la digitalisation.
Je résumerai mon approche en 3 mots : proximité, technologie, pédagogie. »

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com