Diagonales Conseil

Dr. Maurice Bensoussan

Président de l’URPS Médecins Libéraux d’Occitanie

Docteur Maurice Bensoussan, Président de l’URPS Médecins Libéraux d’Occitanie, nous présente les dispositifs mis en place par l’URPS Occitanie dans la lutte contre le Covid-19 et revient sur l’influence de cette crise sur la médecine libérale.

 

L’intégralité de l’interview

1.    Quel est le rôle de l’URPS Médecins Libéraux d’Occitanie dans la lutte contre le COVID 19 ?

« Lors de cette crise, l’URPS Médecins Libéraux d’Occitanie a veillé à l’amélioration des organisations pour l’accueil du flux de patients et à la gestion des futurs flux de patients. Nous avons eu cette chance relative de pouvoir appréhender cette crise, contrairement à d’autres régions de France. Nous soutenons ainsi les médecins généralistes, représentant la première porte d’entrée et agissant comme régulateur face à ce virus.

Les médecins généralistes ont fait le choix de continuer à gérer seuls leur patientèle, de s’organiser autour de plusieurs cabinets pour tracer des filières Covid et non Covid intégrant aussi des maisons de santé pluri-professionnelles ou d’autres structures. Enfin, sur un territoire, ils ont décidé de créer des lieux dédiés Covid, et de se relayer sur ces sites éphémères de soins accessibles sur la seule indication médicale. C’est un véritable parcours des patients qui est ainsi créé au service d’une population. »

 

2.    Quels dispositifs ont été spécifiquement mis en place par la médecine libérale en Occitanie ? 

« Cette organisation simple, mais logique et efficiente, réaffirmant le rôle et la place du médecin traitant est un dispositif en soi. Le médecin généraliste s’est organisé, parfois mais rarement seul, pour poser les bases d’un exercice coordonné, pour améliorer la sécurité des soins et la réponse à chaque individu. Les lieux dédiés Covid-19, ne sont pas un affichage supplémentaire d’une intention de faire, mais le résultat d’une dynamique territoriale au service d’une population. Ce sont des sites éphémères, des implantations nouvelles, où se regroupent des médecins qui vont assurer un tour de permanence, pour une pratique médicale totalement consacrée aux cas de Covid-19, sur des critères précis. Ainsi nous avons pu voir s’organiser plus d’une centaine de centres Covid-19. Nous avons cartographié l’ensemble de ces organisations Covid-19 afin qu’un médecin puisse adresser ses patients lorsqu’il n’a pas la capacité de s’en occuper lui-même. Ces centres aident ainsi à éviter qu’il y ait une trop forte sollicitation du milieu hospitalier qui est à flux tendu pour des patients qui auront tout bénéfice à être suivi en ambulatoire par la médecine de ville. Pour cela un travail collaboratif s’est organisé avec les collègues infirmiers, certains exerçant en responsabilité de l’hygiène dans les sites dédiés Covid-19 et les plus nombreux s’inscrivant dans des pratiques collaboratives avec les médecins traitants pour assurer à domicile la surveillance des patients.

Cette organisation a été possible en Occitanie grâce à la dynamique CPTS impulsée par l’ARS avec les CPAM et l’ensemble des URPS. Bien sûr, nous avons à gérer les équipements de protection, et leur distribution à chaque professionnel. Une forte coopération s’est faite avec l’URPS et le Conseil de l’Ordre des pharmaciens pour que les masques soient mis à disposition dans les officines pour les professionnels de santé. Aujourd’hui nous avons financé, avec le Conseil Régional d’Occitanie de l’Ordre des Médecins, un programme de réservation de dispensation et de gestion des stocks de masques. Cette application nommée « GO MASK » est accessible en ligne et permet de géo-localiser les stocks de masques existants et, dans le cadre règlementaire actuel de distribution des masques, de trouver la pharmacie la plus proche du lieu d’exercice d’un médecin visant à assurer, pour lui-même, cette dispensation.
Ainsi GO MASK est une plateforme qui permet :
– aux pharmaciens de déclarer leur stock de masques
– aux professionnels de santé de consulter ces stocks et de mettre une option pour venir les récupérer
– aux pharmaciens de déclarer le nombre de masques remis aux professionnels de santé après vérification de son identité et de l’historique des masques récupérés dans les différentes pharmacies. »

 

3.    Selon vous, cette situation va-t-elle influer sur la manière dont va être désormais considérée la médecine libérale ? 

« Cette crise sanitaire peut influer sur la création d’une politique de santé populationnelle sur le territoire et faire émerger une coopération réelle de tous les acteurs. Cela peut être le rôle des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS). Nous développons à l’occasion de cette crise un accès facilité, géolocalisé avec sécurisation des échanges professionnels, à un spécialiste libéral de second et de troisième recours de manière à limiter le risque d’un défaut de soins qui apparait paradoxalement. La médecine libérale montre ainsi un niveau d’organisation et de maturité qui va durablement structurer ses relations en particulier avec l’hôpital invité à se concentrer sur ses missions propres, là où il excelle. »

 
 

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com