Diagonales Conseil

Marie-Laure Saillard

Marie-Laure Saillard, CEO de MesDocteurs, un des leaders français de la téléconsultation, revient sur les impacts de cette crise sanitaire sur la télémédecine.

 

L’intégralité de l’interview

1.    Vous êtes CEO de MesDocteurs, un des leaders français des plateformes de téléconsultation, quels ont été les impacts de cette crise sanitaire sur votre activité ?

« Nous avons été impactée massivement par cette épidémie d’entrée de crise. Sur notre service de téléconsultation disponible sans RV en 24/7 pour les plus de 20 millions de bénéficiaires de nos clients complémentaires santé, les volumes ont été très rapidement multipliés par 6 par rapport aux moyennes observés avant la crise.

Nous avons ouvert aussi largement et gratuitement aux médecins libéraux notre solution de téléconsultation en SAAS (AvecMonDoc.fr). Les inscriptions ont été multipliées par 10 dès les premiers jours.

Nous avons répondu également aux sollicitations de complémentaires santé qui ont souhaité accélérer la mise en place ou élargir la couverture téléconsultation de leurs adhérents. Tout comme les services de santé au travail qui ont adopté en quelques semaines la téléconsultation pour continuer leur activité.

Pour faire face à cette croissance d’activité, il a été nécessaire d’adapter nos organisations et nos ressources. A commencer par notre communauté médicale en intégrant de nouveaux médecins. Nous avons également reçu le soutien de notre actionnaire le groupe VYV qui a mobilisé les médecins de ces centres de santé en télétravail. La mise en place d’une solution de data visualisation nous a permis de piloter de façon encore plus serrée notre activité et d’adapter au quotidien les ressources et les moyens aux volumes et à leurs spécificités. Nous avons aussi amélioré la capacité de nos serveurs. Notre architecture technique très souple et évolutive nous a permis d’être réactif.

Tout cela a été possible grâce aux collaborateurs de MesDocteurs, notre équipe de 27 personnes, qui se sont mis en place en télétravail dès le début de la crise avec une charge de travail exceptionnelle et un engagement absolument formidable. »

 

2.    Vous avez créé un « service de téléconsultation COVID-19 », pouvez-vous nous le présenter ?

« MesDocteurs a été le premier acteur en France à adapter sa plateforme et à mettre en place un parcours de téléconsultation spécialement dédié au Covid-19. Ce parcours est mis à jour en fonction des évolutions de l’épidémie en suivant le protocole de la Direction Générale de la Santé et des retours de notre communauté médicale. Cela permet, entre autre, d’assurer une continuité du suivi clinique du patient qui souhaite à nouveau bénéficier d’une téléconsultation pendant sa quarantaine. Nous avons été rapidement identifié par l’Institut Pasteur pour contribuer au suivi épidémiologique COVID-19 en fournissant les datas issues de nos téléconsultations avec pour objectif de déterminer la meilleure orientation du patient dans son parcours de soins et son suivi.
Nous sommes particulièrement fiers de cette collaboration avec l’Institut Pasteur Elle porte un sens qui nous est cher : celui du pouvoir du collectif au service de l’intérêt général. Elle vient également démontrer la contribution active et appliquée des experts de la télémédecine à la gestion de cette crise sanitaire sans précédent comme nous serons en mesure de le faire après cette pandémie au service d’un meilleur accès aux soins pour tous, en support et soutien aux professionnels de santé. »

 


3.    Pensez-vous que pour la téléconsultation il y aura un avant et un après COVID-19  ?

« Toutes les crises accélèrent les innovations. Celle que nous traversons a fait faire un bond à la télémédecine dans toutes ses dimensions téléconsultation, télésurveillance et aussi télésoin et profite à tous les professionnels de santé, les infirmiers, les médecins libéraux et les hospitaliers. Les usages patients sont aussi significativement à la hausse sans commune mesure avec ceux observés avant la crise sanitaire.
Un sondage très récent (*) souligne même que 89% des Français voudrait pouvoir utiliser la télémédecine pour se simplifier la vie durant le confinement.

Beaucoup d’entre eux n’avaient pas encore pratiqué la téléconsultation et les perceptions reposaient notamment sur des craintes de déshumanisation de la relation soigné/soignant et sur des doutes au sujet l’efficacité des diagnostics réalisés à distance. Ce déploiement à grande échelle forcé par le contexte sanitaire va avoir donné à chacun sa propre courbe d’expérience, au patient comme au médecin, pour mesurer la valeur ajoutée de la téléconsultation dans son quotidien.

Je suis convaincue qu’en sortie de crise elle trouvera une place plus systématique dans les parcours de soins qu’il s’agisse d’accompagner les malades chroniques, de mieux organiser sa pratique en cabinet ou de proposer une solution d’appui et de soutien disponible en 24/7  comme le font les complémentaires santé pour leurs bénéficiaires.
Cette crise a aussi considérablement raccourci les distances et abattu des “cloisons” entre les acteurs de la santé. Nous avons la chance de travailler étroitement avec les pouvoirs publics et le corps médical depuis un mois en mesurant combien cette collaboration fait gagner un temps précieux aux bénéfices du patient. Le plan #MaSanté2022 encourage la coopération entre les acteurs, entre la ville et l’hôpital, entre le médico-social et le médical et entre les médecins et les start-up. Espérons que ces bonnes habitudes perdurent après le COVID-19. »



(*) sondage Odoxa réalisé avril 2020 en partenariat avec L’Usine Digitale

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com