Diagonales Conseil

Corinne Rochette et Laurent Meriade

Responsables de la Chaire Santé & Territoires

(Université Clermont Auvergne)

Découvrez la Chaire Santé & Territoires, de l’Université Clermont Auvergne, qui vise à développer de nombreux travaux sur le management des organisations de santé sur les territoires, via le témoignage de Corinne Rochette et Laurent Meriade, Responsables de la Chaire Santé & Territoires.

 

L’intégralité de l’interview

1. Vous êtes responsables de la Chaire « Santé & Territoires » à l’Université Clermont Auvergne, comment est née cette Chaire ?
 
« Elle est née de la volonté de répondre à la nécessité de développer des travaux sur le management des organisations de santé. Un premier groupe constitué de 4 chercheurs en sciences du management et de médecins, soignants du centre de lutte contre le cancer Jean Perrin avait permis d’initier les premières collaborations scientifiques en 2015 dans le cadre du groupe de recherche informel Asclépios. Cette coopération très enrichissante nous a conduit à réfléchir à la création d’une structure destinée à financer des thèses en management de la santé, à rendre plus visibles les travaux que nous réalisions, à les structurer et leur donner plus de portée. Ainsi la chaire santé et territoires de la fondation de l’université Clermont Auvergne était lancée en avril 2018 avec le soutien de notre université. Cette chaire n’aurait jamais vu le jour sans l’engagement très fort du cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes et de sa présidente Véronique Trillet-Lenoir, du CHRU de Clermont-Ferrand, du centre de lutte contre le cancer Jean Perrin, de Clermont Métropole ainsi que de mécènes dont le crédit agricole centre France. L’ambition de la chaire est d’une part de comprendre et d’accompagner la transformation des organisations et écosystème de santé et d’autre part d’éclairer les problématiques d’accès aux soins à partir du parcours patient. Dans le cadre de la chaire nous nous attachons à créer des liens entre les acteurs de la santé régionaux afin de développer des programmes de recherche en commun au service des patients et des acteurs de la santé. Il existe sur notre territoire de nombreuses compétences dans ce domaine qui n’attendent qu’à être combinées, des chercheurs et des professionnels passionnés qui œuvrent au quotidien pour l’égalité d’accès aux soins et apporter à chaque patient la meilleure solution à sa prise en charge. La chaire permet de rendre visible et lisible la contribution scientifique des sciences humaines et sociales et plus particulièrement des sciences de gestion et du management public à la recherche en santé française encore peu développée. Les programmes développés favorisent l’approche pluridisciplinaire et répondent à des problématiques organisationnelles et territoriales en finançant des programmes de recherche, des thèses de doctorat, des postdoctorats en sciences de gestion et du management. Ainsi, gestionnaires, géographes, médecins et soignants collaborent sur des projets communs et co-construits. »
 
 
2. Quels sont les trois champs de recherche de la Chaire Santé et Territoires ?
« Le programme scientifique et les travaux de la chaire s’articulent autour de trois axes. 
Le premier concerne le management au sens premier du terme. Il s’intéresse à la gestion des relations intra et inter organisationnelle, aux stratégies de coopération, aux modèles organisationnels novateurs, aux relations inter professionnelles et la mutation des métiers. Dans cet axe sont abordées des questions telles que les relations ville hôpital. La structuration de l’offre de santé et de soins à l’échelle d’un territoire. La première thèse de la chaire financée par l’agence régionale de santé sur la gestion des tensions par les cadres de santé a été soutenue en novembre 2019.
Le deuxième axe aborde la question sensible de l’évaluation du suivi financier et du pilotage des organisations de santé hospitalière. Un sujet d’actualité qui suscite de nombreuses controverses dans et hors des établissements et qui constitue pour le chercheur un terrain d’étude encore peu investi et fertile. Il s’agit notamment de construire avec les établissements de santé des modalités de pilotage des organisations non invasifs mais qui autorisent une appropriation satisfaisante par les personnels des établissements (personnels médicaux, para-médicaux, gestionnaires, etc.). Pour cela, des travaux interventionnels sont réalisés directement dans les établissements, avec les services financiers et de contrôle de gestion, pour participer à la construction ou l’amélioration d’outils de gestion adaptés aux spécificités du contexte médical. 
Le troisième axe traite de la place du patient, de son parcours de santé et de soins. Il s’intéresse plus particulièrement aux questions d’expérience patient, d’empowerment, aux solutions organisationnelles et technologiques pour une meilleure prise en charge ainsi qu’à leur évaluation. C’est dans ce cadre qu’une recherche réalisée avec le centre Léon Bérard de Lyon en lien avec le service d’hématologie et le Docteur Michallet a permis d’évaluer les apports et bénéfices importants d’un dispositif de suivi à distance des patients et le rôle essentiel des personnels soignants. »
 
 
3. En 2018, vous avez été lauréat de l’Appel à projet « Émergence CAP 20-25 » pouvez-vous nous expliquer ce projet et ses aboutissements ?
« Parce que l’argent même dans la recherche publique en sciences de gestion et du management reste le nerf de la guerre, il est fondamental pour que nous puissions mener à bien nos travaux de trouver des financements. Aussi nous répondons régulièrement à des appels à projets. Mais il reste difficile d’obtenir des financements car la compétition est importante, et elle est de plus en plus importante. L’obtention d’un financement « émergence CAP 20 25 » a été une véritable opportunité et nous sommes particulièrement reconnaissant aux évaluateurs de notre projet de nous avoir permis de développer un premier travail en collaboration avec des géographes cartographes de notre université sur l’offre de soins territoriale et le parcours des patients. Ainsi nous avons pu mener une étude approfondie sur l’équipement en santé et soins de l’ex région Auvergne et mettre à jour la fragilité de certains territoires et les difficultés d’accès aux soins de nombre de patients. Cette recherche a permis de dégager trois types de territoires et de commencer à ébaucher des pistes de solutions. Par ailleurs ce financement a permis de mener une étude avec le centre Jean Perrin sur le parcours de 1800 patientes prises en charge pour un cancer du sein. Nos résultats ont mis à jour l’importance des déplacements vers le centre sans qu’il soit toujours fait usage des structures médicales de proximité à certaines étapes du parcours. Cette recherche conduite dans le cadre de ce financement a permis de développer une méthode d’évaluation de l’offre médicale et de mise en perspective avec le parcours patient que nous pouvons désormais répliquer et évaluer sur d’autres types de prise en charge. L’intérêt de ce travail est aussi de pouvoir fournir des recommandations très opérationnelles sur la manière de penser et organiser l’offre de santé et de soins sur les territoires. Des questions qui intéressent particulièrement les décideurs publics. »
 
 
4. Quels sont les projets à venir de votre Chaire ?
« Actuellement la chaire porte quatre thèses (dont une en codirection avec l’université de Sherbrooke) sur des sujets aussi divers que la coordination territoriale des soins, les Marques hospitalières ou encore la télémédecine. Après deux années de fonctionnement de la chaire nos travaux ont déjà donné lieu à une vingtaine de communications dans des conférences et colloques scientifiques et professionnels ainsi que la publication d’une dizaine d’articles dans des revues nationales et internationales. Il s’agit donc pour nous de parvenir à trouver des financements pour permettre poursuivre les travaux en cours et pouvoir financer deux thèses supplémentaires ou post-doctorats afin de couvrir l’ensemble des axes de recherche identifiés dans notre programme scientifique conçu sur 4 ans. Ceci nous permettrait d’être en mesure de répondre pleinement à la sollicitation des acteurs de la santé et ainsi apporter un autre regard sur la santé humaine durable qui est celle de l’organisation d’une offre médicale et de soins organisée, territorialisée et pensée autour des patients et de leur usage du territoire.  Par ailleurs, nous travaillons à renforcer les collaborations avec le Québec pour une approche croisée de nos travaux. »
 
Leurs parcours :
 
Corinne Rochette est professeure des universités en sciences de gestion et du management à l’IAE (School of management) Clermont Auvergne de l’université Clermont Auvergne. Elle titulaire d’une habilitation à diriger des recherches. Elle a créé en 2015 le master Management des organisations médicosociales et de santé qui accueille des étudiants en formation continue. Elle a animé de 2016 à 2019 un axe de recherche sur « stratégie, territoire et réseau d’acteurs » au sein du laboratoire Clermont Recherche Management –CleRMa-. Elle est cofondatrice et co-titulaire de la chaire de recherche santé et territoires dont le programme scientifique porte sur la mutation des organisations et écosystème de santé. Ses travaux portent sur le management public, le management des organisations de santé, le marketing public et social. Elle est l’auteur d’une cinquantaine de publications (articles, chapitre d’ouvrages et communications) dans des colloques nationaux et internationaux et dirige actuellement 4 thèses.
 
Laurent Mériade est maitre de conférences habilité à diriger des recherches en sciences de gestion et co-titulaire de la chaire « santé et territoires » à l’IAE Clermont Auvergne (Université Clermont Auvergne). Il est responsable du Master 2 Management des organisations médicosociales et de santé de l’IAE Clermont Auvergne. Ses domaines de recherche portent sur le contrôle de gestion et le financement des organisations publiques et notamment celles de santé. Ces dernières publications dans les revues « Gestion et Management Public », « Politiques et Management Public », « International Review of Administrative Sciences », « Innovations », « Revue  d’Economie Financière » portent sur l’association de la problématique de l’organisation des soins avec celles de leurs modes de financement. Par ailleurs, il co-encadre quatre thèses qui portent sur des thématiques reliant elles aussi ces deux problématiques cruciales pour construire un modèle d’organisation des soins à la fois pérenne et adapté aux besoins des patients.

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com