Diagonales Conseil

John Billard

Maire

Commune de Favril 

Témoignage de John Billard, Maire de Favril (28), premier Maire en France à installer une cabine de télé-médecine dans sa Mairie !

L’intégralité de l’interview

1. Vous êtes Maire du Favril, une commune de 350 habitants en Eure et Loir. Comment est née votre idée d’installer une cabine de télémédecine au sein de votre Mairie ?

 « L’idée est née de deux constats : d’abord, notre commune se trouve dans une zone de désertification médicale, où il est difficile de trouver un docteur qui accepte de nouveaux patients, et où vous pouvez attendre près d’une quinzaine de jours pour un rendez-vous chez votre médecin référent. J’ajoute que Le Favril est dans une communauté de communes de 33.000 habitants où n’exercent qu’une dizaine de médecins généralistes.

Ensuite, en plus d’une diminution de nombre de médecins, la ruralité, de par le sentiment d’un manque d’attractivité pour ces professionnels de la santé, est fortement touchée par l’accès aux soins de proximité.

C’est 2017, avec mon conseil municipal, nous décidons de lancer une étude pour installer, à titre expérimental, un espace de téléconsultation médicale dans la Mairie. Ce choix de la Mairie a été rapide car nous souhaitions que cela soit accessible facilement à tous.

Enfin, en tant que référent numérique au sein de l’association des Maires Ruraux de France, j’ai eu l’occasion rencontrer plusieurs spécialistes de la télémédecine autour de la problématique de la désertification médicale. Nombreuses solutions existent. Nous avons convenu d’expérimenter la cabine Consult’Station de et avec l’entreprise H4D. Elle  permet bien sûr de réaliser des consultations en visioconférence avec un médecin, mais surtout elle ne nécessite pas d’infirmier pour accompagner le patient. Ce point est essentiel, car au-delà de la commune du Favril, nous souhaiterions modéliser une solution qui seraient accessibles aux communes rurales les plus éloignées et dont le personnel médical n’est pas présent. Ce dernier point est réalisé en partenariat avec la Caisse des Dépôts ».

 2. Quelles ont été les étapes pour aboutir à l’installation en septembre 2019 de cette cabine ?

 « Si l’idée a été simple a trouvé, le chemin à parcourir est long et périlleux…. Il m’a fallu plus de 2 ans pour arriver convaincre d’ installer cette cabine de téléconsultation dans la Mairie !

Tout d’abord le financement, ce type de dispositif a un coût : 150 000€ à l’achat. Avec la baisse des dotations, il faut être inventif et se tourner vers d’autres modes de financement. Nous avions donc imaginé passé par du financement participatif dit ‘crownfounding’. Mais très vite, le projet a été soutenu par la Préfecture, le Conseil départemental et la Communauté de Communes, puis par l’ARS Centre Val de Loire.  

Au-delà des financements, j’ai en effet souhaité associer l’Agence Régionale de Santé au projet pour faire les choses dans les règles, notamment avec les professionnels de santé. Au-delà de permettre un accès à un médecin supplémentaire sur le territoire, l’idée de cette expérimentation a plusieurs objectifs : impliquer les médecins locaux dans le dispositif de téléconsultation, mesurer l’appétence de la population à utiliser ce type de solution et élaborer un modèle économique afin de pouvoir le dupliquer. Comme toute innovation, l’étape la plus compliqué est l’accompagnement du changement : comment intégrer la téléconsultation au CPTS en cours de constitution ? Comment utiliser la télémédecine dans l’exercice de la profession et l’inclure dans le parcours de soin ? Comment gérer l’interopérabilité des systèmes de gestion et d’informations médicales ? Où trouver du temps et avec qui trouver du temps de téléconsultation ? Convaincre les organisations représentatives de la profession ? Comment l’inclure dans l’avenant 6 de la loi Santé ? 

Enfin, il ne faut pas oublier que ce type de solution requiert un débit internet de haute qualité. Cela nous a donc permis d’accélérer le déploiement de la fibre optique sur notre commune. »

3. Comment cette idée a-t-elle été reçue (par les habitants, les élus, les médecins …) ?

« A ma grande surprise les habitants ont accueilli quasi unanimement le projet car concret et répondant à une de leur problématique quotidienne. Concernant les élus, ils font preuve de curiosité au sens positif ! J’ai été contacté par des dizaines de maires partout en France intéressés par notre démarche. Vivant la même situation, ils cherchent aussi des solutions pour leurs administrés.

Enfin, les médecins, comme dans d’autres secteurs d’activités avec l’arrivée d’innovation numérique, restent prudent, pour ne pas dire qu’ils sont inquiets. Sans s’opposer à cette expérimentation, ils n’ont à ce jour pas exprimé leur soutien, ce que je regrette profondément. »

4. De façon pratique, comment cela va-t-il fonctionner ?

 « La cabine de téléconsultation va être installée courant Septembre au sein de la Mairie. En phase d’expérimentation, pendant 2 ans. Elle sera ouverte 12H par semaine les 6 premiers mois, puis 24H les 6 mois suivant, pour atteindre 35H d’ouverture pas semaine la seconde année.

Après une formation spécifique, c’est la secrétaire de mairie qui accueillera les patients et qui se chargera de l’entretien de la Cabine. Une de mes adjointes assurera l’intérim pendant les vacances ou absence de la secrétaire afin s’assurer du maintien des rendez-vous. Et si les deux sont indisponibles, c’est moi qui me chargerai de la permanence, c’est comme cela que fonctionne le maintien des services publics dans toutes les communes rurales de France ».

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com