Diagonales Conseil

Ibrahim DUFRICHE – SOILIHI

1er Adjoint délégué à l’innovation, à l’économie sociale et solidaire, au numérique et Délégué à la transition écologique et nature en ville

Ville de Montreuil

Ibrahim Dufriche-Soihili, Premier Adjoint au Maire de Montreuil, relate les enjeux de sa ville, en termes d’innovation, de numérique, d’ESS et de transition énergétique.

L’intégralité de l’interview

1. Vous êtes 1er Adjoint délégué à l’innovation, à l’économie sociale et solidaire, au numérique et Délégué à la transition écologique et nature en ville à la ville de Montreuil. En quoi consiste votre rôle ?

« Mon rôle consiste à impulser des politiques publiques qui recouvrent les différents secteurs de ma délégation.

La ville de Montreuil dispose d’un réel potentiel et d’atouts non négligeables pour son attractivité : un foisonnement d’établissements travaillant dans le domaine du numérique et de l’économie sociale et solidaire, qui portent fréquemment une démarche d’innovation dont l’écho dépasse largement les frontières de la commune.

  • Montreuil est en tête au niveau de la communauté d’agglomération Est-ensemble quant à la densité d’établissements par habitants : 
  • Près de 500 structures se situent dans le secteur de l’Economie sociale et solidaire, (468), pour près de 5000 emplois (4876),
  • 130 établissements sur le Numérique, 2500 emplois, avec des gains en emploi ces dernières années…Avec une diversité de taille et d’objets, allant de la petite Start up à UBISOFT, ce secteur est néanmoins vecteur du rayonnement de Montreuil, à l’instar de Simplon co, qui s’est vu décerner en décembre 2014 le prix de l’innovation sociale par…la ville de Paris.
  • Les attentes des structures portent sur la recherche d’à aides financières et pour les porteurs de projets, des aides à l’installation sur la ville, mais aussi sur la mise en place de démarches d’échanges et de mutualisation.

Au cœur de la municipalité, œuvrer pour renforcer la transition écologique, en effet, la transition écologique est un principe qui guide l’ensemble des politiques publiques donc des réalisations municipales.

Notre ambition : Faire de Montreuil une place centrale du Grand Paris, (avec une population de 111 025 habitants en 2019, dont 45,9 % a moins de 20 ans) par la recherche de solutions innovantes et écologiques dans l’aménagement global de la ville. C’est ainsi que nous avons engagé un vaste plan de rénovation de trois quartiers populaires, (la Noue, le Morillon et la Boissière en particulier la Zac Boissière-Acacia) sachant qu’un tiers de la population vit dans les quartiers classés prioritaires par l’état au titre de la politique de la ville. La mise en œuvre de contrat de ville depuis 2015, a accéléré la transformation de ces quartiers grâce à d’importants moyens mobilisés en particulier par l’Etat.

En matière de transition énergétique nous poursuivons le plan Climat Energie adopté en 2014 ; en privilégiant les énergies renouvelables. C’est ainsi qu’en collaboration avec le syndicat intercommunal de l’énergie le SIPPEREC, un réseau de chaleur alimenté par la géothermie est déployé depuis 2016 et desservira la Zac Boissière- Acacia soit un peu plus de 3000 logements, ainsi que des bâtiments publics et privés se situant sur cette partie du haut de Montreuil qui seront alimentés en chaleur par la géothermie.  Avec la géothermie ce sont 15 800 tonnes de CO2 qui seront économisées chaque année, soit l’équivalent en émissions de 8 600 véhicules.

Par ailleurs dans le cadre de notre révision du plan local d’urbanisme, nous avons intégré à ce nouveau PLU, une charte garantissant la construction durable, dont l’objet est de limiter l’influence des promoteurs, en fixant des critères architecturaux, patrimoniaux, écologiques, assurant ainsi la mixité sociale et la maîtrise du prix de vente.

Renforcer la transition écologique, c’est transformer les friches et les espaces délaissés en jardin et vergers, tel est l’objectif du dispositif Montreuil est notre Jardin que je pilote depuis 2018. Ce programme a mobilisé les habitants par l’appel à adopter des petites parcelles, friches, pieds d’immeuble, afin d’aménager des potagers urbains collectifs sur des parcelles de 10 à 500m2. Ce programme a permis également de replanter sur 15 sites principaux+ de 100 arbres fruitiers, 446 arbustes et 350 vivaces. Il s’agit là d’un premier geste que nous avons posé pour transformer Montreuil en une ville – jardin.

Autrement dit, lutter contre le dérèglement climatique se décline selon nous concrètement dans tous les domaines, en mettant en œuvre des programmes cohérents avec l’objectif de :

  • Favoriser les économies d’énergies et promouvoir les transports collectifs, afin de diminuer les pollutions de l’air, raison pour laquelle notre Ville vient d’adhérer à la mise en place de la ZFE- Zones à faible émissions impulsée par la MGP métropole du Grand Paris et qui va se concrétiser par un arrêté du Maire au 1er Octobre 2019.
  • Déployer la Géothermie, comme évoqué précédemment…
  • Renforcer la biodiversité (Montreuil a été déclarée capital de la biodiversité en 2015) et la nature en ville – une ville -jardin. Ainsi, contribuer à mettre en place un projet d’agriculture urbaine d’envergure sur le modèle des micro fermes aux Murs à pêches – véritable poumon vert de l’Est Parisien, patrimoine de Montreuil devienne un haut lieu de l’agriculture et de la culture ouvert au plus grand nombre.« 

2. Sur la ville de Montreuil, quels sont vos principaux enjeux (sur les secteurs que vous couvrez : innovation, ESS, numérique, transition écologique)?

« Quatre enjeux structurent nos politiques publiques à Montreuil :

2-1- Œuvrer pour faire face à nos responsabilités en matière de création de nouvelles structures d’éducation, ( 57,6 millions d’euros c’est le budget consacré à l’éducation en 2017 et 42,1M€  à l’éducation et l’entretien de l’espace public en 2019 ) d’emploi dont le manque reste une plaie vive, de nouveaux espaces de santé, car se soigner devient difficile car trop cher pour certaines populations, le logement accessible à toutes les bourses et aux plus jeunes en particulier (37% de logements sociaux de qualité).

La tranquillité et la sécurité des habitants, nous a conduit à doubler le nombre d’agents de terrain (38 agents aujourd’hui) ; policiers municipaux, A.S.V.P, et la Brigade Propreté, ainsi que l’acquisition de deux voitures de verbalisation depuis 2018.

Pleinement engagés pour développer toutes les mobilités, du réseau de transports en commun aux mobilités douces. Pour fluidifier et sécuriser la circulation en ville et lutter contre la pollution, nous avons généralisé la « zone 30 ». Aujourd’hui seuls 11Km de voies resteront à 50km/h sur les 140 du réseau de notre Ville. Par ailleurs nous allons déployer très prochainement l’autopartage, afin de contribuer à diminuer le gaz à effet de serre, à réduire l’emprise de la voiture en ville et à mieux gérer le stationnement.

2-2- Mettre en conformité et moderniser les infrastructures, les applications métiers, les innovations sociales et organisationnelles nécessaires et adaptées aux besoins d’une Ville de plus 111 025 habitants.

     Elu en charge de la Direction des Systèmes d’information et de l’innovation qui a été mis en place 18 mois après notre arrivée aux responsabilités, et la disparition définitive du SICIM qui gérait une grande partie de l’informatique de la ville depuis quarante ans, cette disparition du SICIM nous a obligé à poursuivre et à achever la transformation de cette Direction vers l’atteinte des objectifs d’efficacité et de sécurité engagés depuis 2013. Des fondations solides des infrastructures et des applications métiers transverses ont été déployés dans les 2 premières années du mandat, pour qu’en fin d’année 2016 nous ayons ouvert l’implémentation de l’informatique décisionnelle, mis en œuvre l’usage d’outils innovants, à travers la relation citoyenne, la Ville numérique, et l’ouverture des données…

La montée en charge du système d’information et les évolutions permanentes du numérique, ont imposés de passer progressivement d’une conception statique (organigramme, description de postes, faibles relations entre fonctionnel et opérationnel) à une organisation dynamique, (Transversal en mode réseau collaboratif/ coopératif) où le capital humain est devenu la ressource fondamentale, structurante permettant de faire face aux mutations technologiques en cours. L’organisation classique pyramidale se trouve bouleversée et progressivement en voie de disparition, en faveur d’un model organisationnel qui intègre l’humain comme ressource organisationnelle. En effet, il ne s’agit plus de diviser, de répartir ou de coordonner, mais de mobiliser, d’inciter et de responsabiliser.

Déploiement de la fibre optique FTTH sur tout le territoire Montreuillois d’ici 2020

Conformément à la volonté nationale affichée : assurer la couverture en très haut débit de l’ensemble du territoire français à horizon 2022 :Tous les foyers devront être équipés d’une connexion à 30 Mbit/s minimum, et un minimum de 50% des foyers devront disposer d’une connexion à 100 Mbit/s.

Face à cet objectif dès 2015, nous avons confié à la société orange de déployer la fibre optique sur notre territoire, et en 2019 cela est déjà fait à hauteur de +de 70 % .

Autre chantier de la modernisation et de la mise en conformité des infrastructures est le plan lumière : confronté à un éclairage défectueux et obsolète, la municipalité a décidé en 2017 d’engager 12 millions d’euros dans un grand plan de réhabilitation de l’éclairage de la ville sur dix ans. Il s’agit de rénover 17Km de réseau électrique, et 6000 points lumineux, doter de contrôleurs électriques pour localiser les pannes à distance. Cet investissement économisera 73% de la dépense d’énergie.

2-3- Préparer la Ville de demain

Augmenter la part de l’habitat participatif à Montreuil (aujourd’hui c’est 5% des construction neuves, objectif fixé par le nouveau local d’urbanisme), pour contribuer à créer de nouvelles formes d’accès au logement par l’habitat participatif.

Construire une ville durable,  écologique, une ville qui laisse davantage de place à la nature, par la multiplication des îlots de fraîcheur. Favoriser la biodiversité, raison laquelle nous avons mis en place la gestion différenciée et privilégié la plantation dans les jardins et espaces publiques les plantes mellifères.

Développer les Ecoquartiers à l’image du Bel air, et la nouvelle Zac Boissière-acacia, qui privilégie les bâtiments à basse consommation voire à énergie positive.

Favoriser les mobilités douces avec le plan vélo et la prise en charge par l’employeur de l’indemnité kilomètre vélo.

Le recyclage citoyen, mis en place à travers la plate-forme numérique Montreuil.eco-mairie.fr ; une solution innovante pour réduire le volume des encombrants déposés dans la rue. Faisant ainsi de Montreuil la première ville du grand Paris à déployer un outil d’économie collaborative et de recyclage citoyen.

2-4- Centrée nos politiques publiques au cœur de l’identité et des valeurs de Montreuil.

Les modèles libéraux ont isolé et désarmé les plus fragiles, face aux logiques d’appropriation. Se faisant la résignation s’impose pour beaucoup comme une idéologie de survie.

A Montreuil nous recherchons constamment à briser cette fatalité, en nous appuyant sur les innovations sociales, en particulier les mises en commun, les mutualisations et les coopérations entre les différents acteurs du territoire : Lutter contre les inégalités sociales et environnementales. Comment promouvoir, les principes de la démocratie et de la laïcité, auxquels nous croyons et tenons tant, (nous républicains et démocrates) si le modèle dominant continu à produire des inégalités ?

Nous avons donc contribué à mettre en place l’observatoire du partage, qui a recensé les initiatives de partage sur l’ensemble de la ville, et se donne comme visée : la recherche, l’innovation, la promotion et le partage de tout type d’action répondant à une vision large de la notion de partage dans le domaine des politiques publiques.

Un premier évènement appelé « Route du Partage a eu lieu des 13 au 19 Mai dernier.

A l’image de Montreuil est notre jardin et du budget participatif, nous avons cette volonté de promouvoir le partage comme une des valeurs commune aux habitants.

Autrement dit, encourager l’engagement et l’initiative citoyenne pour une Ville plus solidaire, écologique et démocratique.« 

3. Les datas impactent les territoires (RGPD, open data par défaut etc.). Quelle est votre feuille de route « numérique » ?

« A l’heure de la transformation numérique des territoires, de la ville intelligente 

« Smart Cities », ce concept un peu nébuleux aux allures très modernes, il nous a semblé que notre responsabilité d’élu-e-s est de repenser les usages du numérique à travers les différents services que nous rendons à nos concitoyens, concitoyens de plus en plus connectés, et de plus en plus exigeants.

Par ailleurs la loi pour une république numérique, fournie un cadre qui nous permet d’appréhender La RGPD (Règlement général de la protection des données) en termes de règles de collectes de traitement des données à caractère personnel des utilisateurs en particulier. S’agissant de l’Open data, c’est une obligation légale avec laquelle nous ne pouvons que nous mettre conformité.

L’enjeu politique pour nous est de maîtriser la chaîne de valeur de la donnée, autrement dit :

  • Les modalités d’ouverture et de la mise à disposition des données
  • Du régime de propriété des données
  • De la responsabilité liée au traitement des données
  • De la valorisation susceptible d’être mise en œuvre pour les données de la ville. »

4. Montreuil s’est récemment équipé d’un outil de « Gestion Relation citoyen ». Pourquoi et quels sont les retours ?

« Dès la fin de l’année 2015 une démarche de mise en œuvre d ’une gestion de la relation usager ou citoyen s’est avérée nécessaire pour achever la phase de modernisation de son système d’information commencé en 2013. La gestion de la relation usager ou citoyen désigne l’ensemble des processus mis en œuvre dans une collectivité pour optimiser le traitement des demandes des usagers par les services de la Mairie, mais aussi la communication de la Mairie envers les usagers.

Les enjeux de cette GRU sont considérables, tant sur la qualité de service rendu aux usagers que  sur la  réduction de coûts de fonctionnement des services publics.

L’avènement des médias sociaux impacte considérablement les usages des internautes et les façons de communiquer avec les utilisateurs de plus en plus alertes, passant d’une plateforme à une autre, via différents terminaux (smartphones, ordinateurs, tablettes) selon les moments de la journée et des informations qu’ils recherchent.

La notion d’« expérience utilisateur » nous a amené à penser la communication digitale en proposant des parcours qui lui correspondent.

La solution de gestion de la relation usager déployée, est orientée vers l’élaboration des démarches en ligne et dotée de fonctionnalités avancées en matière de workflow de traitement administratif.

Cette plateforme centralise l’ensemble des flux d’information et de sollicitation échangés avec les usagers, qu’il s’agisse d’individu, d’un foyer, d’une association ou d’une entreprise. Elle a vocation également à mettre en place un système d’authentification unique (SSO : Single Sign On) pour que les usagers qui souhaitent s’authentifier sur la plate-forme n’aient pas besoin de s’identifier une deuxième fois sur les services tiers (Espace Famille, Etat Civil, budget participatif, stationnement) etc

D’une manière générale les démarches en ligne sont appréciées notamment l’Espace famille. La principale difficulté est la capacité des services à se réorganiser rapidement pour faire face aux nouvelles procédures induits par ces nouveaux outils dans la gestion quotidienne de leurs activités. »

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com