Diagonales Conseil

François Pradillon

Directeur des relations institutionnelles
AREP

LA GARE DE DEMAIN

L’intégralité de l’interview

L’AREP est connu pour être « l’architecte de la SNCF » et un expert de la conception des gares et des espaces publics. Malgré quelques similitudes inhérentes dans vos projets, comment tenez-vous compte des spécificités territoriales ?

« Dès la création de l’agence, nous avons réuni au sein d’une même équipe architectes, urbanistes, designers, ingénieurs et programmistes sur une idée simple : « concevoir les espaces de l’homme en mouvement ». Si l’idée est simple, la réponse ne l’est pas toujours. Nos projets prennent place dans des territoires très différents. Si les gares que nous avons conçues à Marseille, Shanghai, Pékin, Casablanca ou Turin expriment toutes un rapport très particulier au contexte urbain, aux usages et à la culture locale, ce que nous appelons « le déjà là », leur dessin obéit à un principe transversal : l’homme se déplace d’abord à pied et le bâtiment doit être pensé l’échelle de l’homme. »

Comment imaginez-vous la Gare du Futur en France (en termes d’architecture, de services etc) ?

« Réfléchir à la gare du futur, c’est tout d’abord questionner la façon dont nous habiterons les métropoles demain. D’ici vingt ans, 75% des humains seront métropolitains. Dès aujourd’hui les gares se transforment. Autrefois simples lieux de transit, elles deviennent aujourd’hui des « morceaux de ville » en accueillant services, commerces, espaces de coworking, qui une crèche, qui un centre d’affaire…

Notre conviction est que les gares et les métropoles mettront le partage et la rencontre au cœur de leur création de valeur, pour des villes plus intenses et plus inclusives. L’idée de « Cities for sharing » est devenue centrale dans la démarche de conception d’AREP. »

Quelle est votre réalisation la plus emblématique et/ou novatrice en France ?

« A titre personnel, la gare d’Avignon TGV mise en service en 2001 : replaçons-nous à l’époque : Les gares n’avaient pas encore totalement retrouvé la place qu’elles occupaient dans l’imaginaire des français à la fin du 19ème siècle : révolution industrielle, révolution des mobilités mécaniques, puis déclin des gares avec l’avènement du tout automobile.

Derrière l’apparente simplicité de sa forme architecturale, la gare d’Avignon réunit toutes les qualités d’un bâtiment contemporain inscrit dans son paysage méditerranéen et orienté vers la Cité des Papes. La gare fait partie du voyage, elle est fluide, accueillante, et profilée et exprime la vitesse et l’efficacité du TGV. Avec elle et la ligne TGV Méditerranée, le train reprend à nouveau la place qu’il occupait comme outil d’aménagement du territoire et de désenclavement des villes moyennes et de leur territoire. »

Selon vous, quels sont les principaux impacts en Ile de France en termes de mobilité et d’aménagement avec le Grand Paris ?

« Les maux récurrents dont souffrent nos métropoles sont maintenant identifiés : Congestion des transports publics et des routes, déséquilibres économiques, étalement urbain, relégation, hyperspécialisation des activités et donc des quartiers monofonctionnels…Autant de situations que nous avons laissées s’installer dans les métropoles et qui deviennent paradoxalement de véritables freins intrinsèques à leur développement, à leur attractivité, sur un plan national et international. 

Le projet du Métro du Grand Paris va introduire une transformation radicale de la façon de penser les déplacements et donc la géographie de l’Ile de France et de sa proche couronne.

Avec ses 68 nouvelles gares construites en rocade, le maillage de ce réseau des transports publics va donner place à une métropole polycentrique, plus dense et plus intense. L’accès à l’emploi, à l’habitat, aux loisirs, aux clusters de recherche et de formation sera rééquilibré et facilité pour tous les territoires d’Ile de France. Rendez-vous compte : 1h07 aujourd’hui pour rejoindre La Défense depuis Clichy-Montfermeil et près de 30 minutes avec le nouveau métro, quelle que soit l’heure de la journée. »

Votre expertise vous amène à vous développer sur de nombreux projets qui vont bien au-delà des Gares et ce notamment à l’international. Quelles sont les tendances émergentes à l’étranger qui pourraient impacter les constructions et repenser l’aménagement en France ?

« De notre point de vue, trois grandes révolutions sont déjà à l’œuvre dans les métropoles internationales :

La révolution des usages : Les lieux deviennent hybrides. Leur conception doit favoriser nos activités de plus en plus plurielles. A cette hybridation s’ajoute la tendance vers une flexibilité et une réversibilité des fonctions et donc des bâtiments qui les accueillent.

La révolution du numérique : Nous le voyons déjà : L’espace public, les bâtiments quels qu’ils soient : bureaux, habitations, musées… ; ils interagissent avec nous et surtout ils interagissent entre eux. Le numérique

La révolution des mobilités : Mobilités connectées, intermodalité, MAS : Mobility As A Service. Autant de nouveaux concepts qui redonnent place aux transports publics dans les grandes métropoles congestionnées. En Chine et au Moyen-Orient, les programmes de transports publics participent très activement à la fabrique de la ville. Nous parlons de TOD « Transport Oriented Développement ».

Le concept du tout automobile fait place à une conception plus raisonnée, dans une vision de complémentarité des offres de transport. Toutes les nouvelles technologies concourent à l’essor de nouvelles mobilités plus efficaces et surtout moins polluantes. On peut imaginer que l’essor des véhicules autonomes permettra de nouvelles mobilités et de nouveaux usages sur les réseaux routiers en ville dense.  Nous y réfléchissons d’ailleurs dans le cadre de la Consultation Internationale lancée par le Forum Métropolitains sur l’Avenir des Voies Rapides d’Ile de France. »

Nos dernières interviews

Retrouvez toutes nos interviews !

J'y retourne

Une question ?
Nous sommes à votre écoute.

Contactez-nous.

  • 3 Place des Pyramides, Paris 75001
  • +33 (0) 9 71 20 09 26
  • contact@company.com